Paraula Libre

Le média indépendant du pays nicois

Current track

Title

Artist


Exposition : au coeur d’un monde monochrome

Written by on 5 mars 2020

Marc Pollini, nous amène dans son monde. Un mélange de passion pour les voyages, mais aussi pour la photographie. De ses origines corses, il a gardé une forme de simplicité dans son écriture photographique. Il nous montre un monde tel qu’il le voit, celle du vide, du calme… Le Musée de la Photographie, nous propose l’exposition de Marc Pollini sous le nom “Islande, l’île noire”. Une exposition éphémère présente du 6 mars au 15 juin 2020. 

L’exposition nous conduit directement dans un monde sombre. La présentation débute par des photos en noir et blanc : principalement des images de paysage très simples, douces … Et parfois des champs. Le défilé se poursuit par des images vides, un fond noir avec quelques touches de blanc qui font ressortir le sens du calme. L’arrière-plan est majoritairement de couleur noir, afin de contraster avec les montagnes ou bien les rivières. Quelques tableaux sont très blancs ; dont un accompagné de taches noires, qui de loin, semble être des fourmis. De plus près, cela représente des chiens qui courent sur la neige. 

L’exposition nous emporte en Islande. Les photos sont très précises. Une image montre la ville portuaire du pays : le brouillard, le vide et l’absence sont présents. “Hofn le matin à 3h” : le titre est clairement approprié. D’autres images permettent aussi de figer le temps. “Nuit à Reykjavik” représente un homme âgée, le regard tourné vers l’objectif et les mains sur le piano comme s’il jouait pour le public. 

Marc Pollini revient sur ses photos avec une présence humaine : ses conditions au fil d’un voyage, ou encore une balade nous racontant une histoire. Sur une photo, le portrait d’un homme pâle, la chemise ouverte 

avec un tatouage sombre sur le torse. A côté, l’objectif zoom sur ses marques sur différentes parties du corps : sur la main une tête de mort, sur le torse un aigle surplombant un coeur. Un contraste de sentiments, une façon de faire passer un message. 

Quelques représentations plus tard, le retour des paysages, cette fois-ci avec l’impression d’un endroit abandonné. Sur l’une d’entre elle, une station essence à l’air obsolète. La pompe à carburant était couverte de neige, le fond blanc s’étendant à l’horizon. Aucune trace de l’être humain. 

Le sens du vide se perd petit à petit au fur et à mesure de la visite. Les paysages sont comblés par les êtres vivants. De plus, la couleur noire prenait largement le dessus sur le blanc … La touche de clair disparaît ainsi que l’attention du public. Une forme de chute qui devient lassante : l’exposition devient noire comme l’Islande ce qui n’a pas forcément pu mettre entièrement en valeur le pays. 

Safaa Ngabi. Gabriela Panayotova. 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *