Paraula Libre

Le média indépendant du pays nicois

Current track

Title

Artist


Interview avec Caroline Roux, costumière des batailles des fleurs du Carnaval de Nice

Written by on 5 mars 2020

Depuis 23 ans elle exerce le métier de costumière. Elle n’a pas commencé toute suite aux Batailles des fleurs. Elle adore travailler les matières, la création et la mode. Depuis toute petite, elle voulait y faire son métier, elle a abandonné ses études pour poursuivre son rêve. Cela fait déjà 11 ans qu’elle dessine et habille les mannequins pour la Bataille des fleurs.

Combien de temps prend la création complète des tenues pour la Bataille des fleurs ?

3 mois et demi de travail sur la totalité. Chaque minute compte jusqu’à la dernière minute, on travaille dur pour obtenir un résultat de qualité. On est des perfectionnistes, donc c’est primordial que tout soit impeccable. On revit une fois le défilé commencé.

De toutes vos créations de cette année, quel est votre préféré ? et pourquoi ?

Je dirais que c’est le marron, car j’ai adoré la coupe, la couleur, le travail dessus, j’adore le similicuir donc créer une pièce comme celle-ci m’a comblé.

Est-ce que vous vous souvenez de votre première création ? sous quel thème ? Et est-ce que vous l’avez gardé dans votre atelier ?

Oh oui ! C’était un costume très burlesque, et j’ai encore dans l’atelier. La plupart du temps, on garde nos costumes, mais malheureusement avec le temps le tissu se dégrade donc forcément je ne peux pas tout garder.

Est-ce que vous avez déjà des idées pour l’année prochaine pour la thématique animalière ?

 

Pas du tout ! Vous savez c’est comme un livre qu’on termine, il faut du temps pour retrouver l’envie de relire un autre. Je pense qu’il est très important de marquer une fin pour justement débuter sur des nouvelles bases pour l’année prochaine.

Comment vous-avez vécu la fin imminente du Carnaval à cause de la menace du coronavirus ?

Je l’ai appris 30 minutes avant le défiler. Je n’ai donc pas paniqué et demandé aux jeunes filles de retirer les costumes. Par la suite, nous avons appris que c’était définitivement annulé à cause du coronavirus.

J’ai ressenti un goût amer de quelque chose d’inachevé.

Mais bon, le point positif c’est lorsqu’on lance le défilé le premier jour le travail pour moi est déjà parfaitement accompli pour ma part.

Gabriela Panayotova


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *