PATRIMOINE : Les journées européennes du patrimoine 2018

“L’art du partage” voici donc le thème de ces JEP 2018. Ce thème fait suite à celui de l’année précédente placée sous le signe de la “jeunesse et du patrimoine”. Cette thématique, ancrée dans des sociétés de plus en plus refermées sur elles- mêmes, témoigne d’une idée universelle. Le patrimoine culturel est un atout dans nos sociétés actuelles et permet de nous relier les uns aux autres et de nous rassembler.

L’actualité patrimoine de l’année 2018 en France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur est riche avec notamment plusieurs candidatures au patrimoine mondial de l’UNESCO. Nice, bien entendu sous l’appellation « Nice, ville de Riviera », une candidature autour de l’invention du Tourisme sur un site qui couvre désormais 500 hectares.
Mais il existe aussi une autre candidature au patrimoine mondial de l’Unesco dans les Alpes-Maritimes.  « Les Alpes de la Méditerranée » est une candidature transfrontalière entre la France et l’Italie, démontrant ici ce lien fort entre deux peuples rassemblés derrière un même patrimoine naturel, géologique et paysager. On peut également évoquer le dossier de l’inscription de la cuisine niçoise au patrimoine mondial. Cette candidature soutenue par le ministère de la culture et défendue par Alex Benvenuto doit permettre de protéger le patrimoine culinaire de notre région face à la globalisation. Mais attention, ces candidatures ne sont pas nécessairement gagnées d’avance. Les démarches doivent être portées de manière ambitieuses et professionnelles. Le processus est long et nécessite d’être endurant. En témoigne l’échec de la candidature de Nîmes cette année. Une ville pourtant doté d’un patrimoine antique exceptionnel.

Dans l’actualité patrimoine du moment nous devons également parler du loto patrimoine. Cette initiative portée par la française des jeux et Stéphane Bern doit permettre de soutenir financièrement un patrimoine français en péril. Dans notre département, c’est l’ancien château de la Reine Jeanne qui a été sélectionné.  Si cette opération de la FDJ, du ministère de la Culture et de l’animateur télé ne permettra de récolter que peu d’argent, il faut malgré tout avouer que cette opération, qui a vocation à être reproduite, reste un bon moyen de médiatiser l’urgence dans laquelle se trouve un grand nombre de monuments. Quant aux moyens mis en place par la ville de Nice, la région PACA et la fondation du patrimoine sur le site de St Pons, on peut affirmer qu’ils ont permis de rendre à ce témoin majeur de l’histoire niçoise sa prestance bien que les travaux ne soient pas encore terminés.

Les JEP 2018 : une édition importante pour la ville de Nice.

Les Journées européennes du patrimoine de cette année vont être l’occasion de découvrir deux lieux de manière inédite. Bien sûr, vous pourrez retrouver les sites habituels dans les visites offertes lors de ces journées européennes du patrimoine, comme les archives, le Sénat, le palais Sarde, la mairie, le fort du Mont Alban etc …
Le premier de ces sites est la villa Paradiso, ancienne demeure aristocratique du XIXe siècle située dans le quartier de Cimiez, aujourd’hui occupée la Direction centrale de l’éducation de la Ville de Nice. Entre contes et légendes, cette villa sera présentée par les équipes du centre du patrimoine de la ville de Nice. Le visiteur aura ainsi la possibilité d’effectuer un retour à la Belle Epoque, période durant laquelle la ville de Nice s’orne de fastueux immeubles et palais.

Le second site exceptionnel à voir lors de ces JEP, est l’église des Franciscains sur la place St François. Ce site, en cours de réhabilitation, a eu au cours de son histoire des utilisations très variées. Les anciens se souviendront des glacières, de la salle de spectacle et de la salle de cinéma. Les plus jeunes eux se souviendront d’un lieu qui était la propriété des poubelles du vieux Nice.

Ce monument est l’unique exemple d’une église du XIIIe siècle dans la ville. Construite aux alentours de 1251, elle sera rapidement agrandie au XVe avant de voir des tentatives de baroquialisation au XVIIe siècle.  Les différentes occupations du site ont effacé progressivement la présence de l’église aux yeux des habitants. Après maintenant plus d’un an et demi de travail, les volumes de la nef ont été rendus Le chœur, intact, est toujours le témoin du passé religieux de cet endroit. La démarche municipale autour de ce bâtiment remonte à 2010, avec notamment en 2012 un dossier déposé pour voir ce lieu emblématique classé au titre des Monuments Historiques. L’ouverture du site n’est cependant pas encore programmée. La durée du chantier est indéterminée et le travail des architectures des bâtiments de France, des archéologues, des historiens demandera encore quelques années avant de voir l’ensemble dédié à la culture et l’identité niçoise dans un espace muséal.

Alors laissez vous guider par les professionnelles du centre du patrimoine qui sauront vous faire redécouvrir un lieu oublié des niçois.

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *